pêche finistère, comités des pêche, finistère, professionnel pêche

Le Finistère


Le territoire

Le Finistère se trouve à l'extrémité ouest de la Bretagne. C'est le département le plus occidental de la France. Et aussi le plus maritime : il entouré du nord au sud en passant par l'ouest de la Manche et de l'Océan Atlantique. On y compte plus de 1250 km de côtes (soit près d'1/4 du littoral côtier métropolitain).

L'espace maritime à l'ouest du territoire s'appelle la mer  . C'est au sein de celui-ci qu'a été créé le premier Parc Naturel  Marin de France.

La pêche finistérienne

Premier département français au niveau de la filière pêche, le Finistère représente 25 % de la pêche fraîche débarquée sur le territoire nationale. Il est également représentatif par sa grande diversité de métiers pratiqués au sein d’une flottille importante : caseyeurs, fileyeurs, goémoniers, ligneurs, palangriers, chalutiers, bolincheurs, thoniers senneurs, dragueurs et pêcheurs à pieds.

Forgeant le tissu économique du département, la filière pêche représente plus de 11 500 emplois.

 

Télécharger la carte de diversité des activités de pêche maritime professionnelle en Finistère.

 

 

politique territoriale

  

 

La pêche finistérienne participe historiquement à l’activité et à l’animation économique de l’ensemble du littoral du département, des installations du Diben dans le Trégor, à l’estuaire de La Laïta et de ses quais au Pouldu en Cornouaille, dans des ports, gérés par la Région Bretagne ou par le Syndicat mixte des ports de pêche et de plaisance de Cornouaille, mais également par la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Ouest Bretagne… ou par une commune.

Regroupées en Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) afin de développer des compétences partagées dont le développement économique, ces communes participent à la définition de Schémas de Cohérence Territoriale (SCoT) au sein desquels ce thème est bien évidemment un des principaux sujets de réflexion.

Cette rapide présentation serait bien évidemment incomplète si n’était pas évoquée l’existence de « Pays », quatre en Finistère dont trois littoraux (Pays de MorlaixPays de BrestPays de Cornouaille), regroupements de… groupements de communes, lieus de concertation des projets d’aménagement. Il y est donc également question d’économie, de discussions sur l’évolution des différents secteurs, historique telle la pêche ou encore au stade de projets et / ou développement… telles les énergies marines renouvelables. C'est au sein de ces Pays qu'on été mis en place les GALPA, Groupe d'action local pour la pêche et l'aquaculture, qui ont notamment en charge le Développement local mené par les acteurs locaux (DLAL) pour le Fond européen pour l'aquaculture et la pêche (FEAMP) et soutenu par la Région Bretagne

Ce dispositif à pour objectif de soutenir le développement durable des activités de la pêche et de l'aquaculture en y associant les différents acteurs des territoires maritimes de Bretagne.

Il existe trois GALPA en Finistère : 

- GALPA du Pays de Brest
- GALPA du Pays de Cornouaille
- GALPA du Pays de Morlaix

 

Si durant des décennies, les activités de pêche ont vécues dans une certaine « autonomie », l’évolution de l’organisation territoriale a totalement modifié la donne : Dans ce « mille feuilles » administratif, qui dit « activité économique « dit désormais « pêche et sa filière ». Aussi, du bon déroulement au quotidien de la diversité de ses activités (accueil des navires, organisation des ventes, respect de la chaîne de froid, …) à la définition de stratégies pour l’avenir (transmission d’entreprises, valorisation des espaces portuaires, …), le CDPMEM du Finistère doit également composer avec le développement d’activités nouvelles (cultures marines, activités de loisirs et de tourisme sur la bande littorale).

Légitimement, le CDPMEM du Finistère s’inscrit dans des partenariats et comme interlocuteur de référence avec l’ensemble des collectivités comme avec les organismes consulaires.

 

 

        

aires marines

  

 

 

Zones Natura 2000

Aujourd'hui la pêche professionnelle doit cohabiter avec différentes activités mais également être intégrée aux politiques de gestion de l'environnement des aires marines protégées, notamment des zones Natura 2000 mais pas que.

Le réseau Natura 2000 est l’outil européen majeur pour la préservation de la diversité biologique. Il est constitué d’un ensemble de sites, dont l’objectif central est le maintien ou le rétablissement dans un état de conservation favorable d’habitats naturels et d’espèces de flore et faune sauvages, dits d’intérêt communautaire.

L’ambition du réseau Natura 2000 est de concilier les activités humaines et les engagements pour la biodiversité : les mesures prises pour atteindre cet objectif de conservation, doivent tenir compte des exigences économiques, sociales, culturelles et régionales des territoires, dans une logique de développement durable. Deux directives européennes constituent le socle règlementaire du réseau Natura 2000 : 

- la directive 2009/147/CE du 30 novembre 2009 (modifiant la directive 79/409/CEE du 2 avril 1979) concernant la conservation des oiseaux sauvages dite « directive Oiseaux », à l’origine d’un premier type de site Natura 2000 : les Zones de Protection Spéciale (ZPS) ;

- la directive 92/43/CEE du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages dite « directive Habitats Faune Flore», à l’origine d’un second type de site Natura 2000 : les Zones Spéciales de Conservation (ZSC).

Chaque Etat membre doit transcrire ces deux directives en droit national et désigner un réseau de sites Natura 2000 en accord avec la réalité de la richesse écologique de leur territoire. Un site peut être désigné au titre de l’une ou l’autre des directives ou au titre des deux, sur la base du même périmètre ou de deux périmètres différents.

Pour les Etats membres dotés d’une façade maritime, un réseau cohérent et suffisant de sites littoraux et marins abritant des espèces et des habitats naturels d’intérêt communautaire doit également être développé. Les sites Natura 2000 constituent l’une des 15 catégories d’aires marines protégées.

Le Finistère compte une dizaine de sites Natura 2000 sur sa façade maritime

Visualiser la carte du patrimoine naturel de Bretagne : http://carmen.developpement-durable.gouv.fr/10/Nature_Paysage.map

 

Parc naturel marin d'Iroise 

Le Parc naturel marin d'Iroise (PNMI) a été créé en septembre 2007. C’est le premier parc naturel marin français.

La création du PNMI émane d'une prise de conscience de la nécessité de protéger la mer d’Iroise, avec un nouvel outil de protection : le parc naturel marin.
Cette phase de création a duré plus de quinze ans, au rythme des mouvements de soutien et d’opposition locaux.

Aujourd'hui le PNMI et le CDPMEM29 travaillent ensemble sur de nombreux projets dont l'objectif est de protéger les richesses naturelles de l’Iroise tout en maintenant les activités professionnelles de manière raisonnée sur le périmètre du Parc. 

Ce travail commun s'est notamment formalisé à travers la charte « pêcheur partenaire du Parc naturel marin d’Iroise » qui associe PNMI, CDPMEM29 et pêcheurs professionnels du secteur.

 

 

Le Document stratégique de façade

Emanant d'un politique nationale maritime dont les objectifs sont la préservation du milieu marin, le développement économique des activités maritimes et littorales, et favorisant une gestion intégrée entre la terre et la mer, une stratégie nationale pour la mer et le littoral a été adopté en février 2017. Cette stratégie vise également à prendre en compte les spécificités locales de chaque façade.

Le Document stratégique de façade (DSF) décline donc la stratégie nationale à chaque façade maritime française. Du reste, elle permet également une lecture concrète la directive cadre européenne sur le bon état écologique des milieux marins de 2008 et celle sur la planification des activités en mer et sur le littoral de 2014. 

Suite à un travail de deux ans pour répertorier les activités et définir les cartes de vocations avec les différents acteurs impliqués (dont les pêcheurs professionnels), et une consultation publique, le DSF pour la façade Altantique manche Ouest a été adopté le 24 septembre 2019. 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK