pêche finistère, comités des pêche, finistère, professionnel pêche

Actualités

Retrouvez ici toutes vos dernières actualités

Actus Ressource
25.11.2014


Les pêcheurs à la manoeuvre

Présidée par Olivier le Nezet, ancien patron du Breizh de Lorient, la Commission Golfe de Gascogne, s’est réunie le 24 novembre 2014 au siège du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins (CNPMEM).

Il s’agissait de présenter les avis du CIEM pour les stocks benthiques et démersaux du Golfe de Gascogne et de déterminer après débat les propositions de Tacs 2015 de ces stocks auprès de la Direction des Pêches présente à la réunion. La commission a également fait le point sur l’obligation de débarquement pour les pêcheries démersales et un point sur les programmes scientifiques en cours, dont Langolf-TV.


Ce dernier point a fait l’objet d’un développement particulier par le Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Elevages Marins du Finistère quand René-Pierre Chever a passé le film sur la campagne effectuée à bord du Celtic Voyager fin septembre 2014. 

Le film est basé sur trois interviews, Olivier Le Nezet pour l’aspect politique et l’implication des professionnels, Jennifer Doyle l’experte du Marine Institute (Irlande) qui a supervisé les travaux dans le Golfe de Gascogne pour évaluer la population de langoustine et Michelle Salaün de l’Ifremer, chef de mission scientifique, à bord du Celtic Voyager. Pendant les interviews passent les images prises à bord du Celtic Voyageur, des vues de langoustines sur le fond et de pêcheurs au travail. 

Le film du CDPMEM29 montre en 10 minutes le travail scientifique remarquable de l’équipe de l’Ifremer, la performance conceptuelle de l’équipe du Marine Institute et la compétence technique de l’équipage du Celtic Voyager.

La caméra fixée sur le traîneau remorqué par le Celtic Voyager dans le Golfe de Gascogne en septembre 2014

En 10 jours, le Celtic Voyageur a permis de faire 160 vidéos sous-marines des fonds à langoustines du Golfe de Gascogne. Complétés par deux chalutiers professionnels, L’Atlantique et le Sanaga, qui ont dévoilé la structure de la pêcherie au même moment, ces vidéos permettent de compter les terriers actifs de langoustines et par extension d’avoir une bonne approche de la densité totale sur le fond.

Cette révolution copernicienne en matière de gestion du stock de langoustine, fait rentrer les pêcheurs du Golfe de Gascogne dans le courant majoritaire des grandes pêcheries de langoustines européennes (Ecosse et Irlande). Le comptage des terriers doit continuer en 2015 en finissant d’abord le côté Sud de la pêcherie (Sud Cotinière). Il faut déjà réserver le Celtic Voyager pour 2015 et solidifier le financement pour les 20 ans qui viennent. Il faudra parallèlement que les responsables des pêcheurs se débrouillent pour participer au travail scientifique (et politique) de la détermination du Rendement Maximum Durable de ce stock. Les membres de la Commission Golfe de Gascogne sont là pour ça…

Pour les membres de la Commission Golfe de Gascogne, la proposition de Tac pour la pêcherie de langoustine du Golfe de Gascogne doit être « Roll over » c’est-à-dire reconduite à 3899 tonnes, le même chiffre que l’année précédente. Les 3200 tonnes proposées la Commission européenne sont inappropriés.


Présidée par Patrice Donnart, patron du Risten en activité au port du Guilvinec qui discute tous les jours en VHF avec les pêcheurs de la base, la Commission Flotte et Quotas s’est réunie le 25 novembre 2014 également au CNPMEM.


 

Patrice Donnart patron pêcheur à côté de Philippe De Lambert Des Granges sous-directeur des pêches

Une des fonctions principales des membres de la Commission Flotte et Quotas est de donner un avis aussi éclairé que possible à la Direction des Pêches Maritimes, sous couvert du CNPMEM, sur les propositions de quotas 2015, en particulier pour les espèces sensibles. Aussi, la Commission a passé en revue toutes les propositions de quotas français en vue du prochain Conseil des Ministres du mois de décembre. Souvent pertinentes, parfois débattues, les propositions ont été prises en compte par la Direction des pêches.

La Commission propose la réduction du TAC de langoustine du Golfe de Gascogne de 17,6% ce qui ne convient à personne, en particulier pas au président de séance lui-même pêcheur de langoustine et fin connaisseur de la pêcherie. L’augmentation de la biomasse est constante (+14%) et la mortalité par pêche diminue, les membres de la Commission Flotte et Quota considèrent donc qu’il n’y a pas lieu d’appliquer une baisse de précaution arbitraire de 20% sur le TAC de ces dernières années (3899 tonnes) et confortent la proposition de la Commission Golfe de Gascogne. La non consommation du quota s’explique par des phénomènes environnementaux qui diminuent la capturabilité de la langoustine. Le travail d’évaluation du stock par vidéo sous-marine entrepris conjointement par le Marine Institute, l’Ifremer et les professionnels joue dans la balance car ce travail démontre l’engagement des pêcheurs en faveur de la durabilité de ce stock. Ces derniers ne méritent vraiment pas d'être punis...

La proposition de la Commission d’encadrer la pêche plaisancière sur le bar en zone 7 e et d est soutenue par la Commission Flotte et Quotas, malgré la demande de soutien du président de la Commission pêche du Parlement européen (Alain Cadec) qui s'élève publiquement contre cette mesure.

L’embargo russe nuit à l’exportation du hareng, maquereau et chinchard. En contrepartie, cela aura pour résultat la mise en place d’une flexibilité interannuelle de 15 à 20% sur ces espèces.

La Commission s’est aussi penchée sur la négociation des accords Nord, sur le nouveau cadre réglementaire des mesures techniques et sur le calendrier de travail du prochain rapport sur la capacité de la flotte.

Philippe De Lamber Des Granges, sous-directeur des ressources halieutiques et de l’aquaculture au Ministère de l’écologie du Développement Durable et de l’Energie, a participé au dernier Conseil des ministres européens en présence du nouveau Commissaire à l’environnement et à la pêche, M. Karmenu Vella. Ce dernier qui ne semble pas être un « clone » de Madame Damanaki (bonne nouvelle) a été sensible à la façon dont la France a plaidé sa cause sur le sabre noir et la daurade rose. La négociation s’est soldée respectivement par moins 8 et moins 5 %, ce qui n’est pas satisfaisant, mais aurait pu être bien pire. Il a également participé à la 19ème session de l’ICCAT où l’augmentation progressive du TAC de thon rouge a été actée, passant de 13 000 tonnes actuellement à 23 000 en trois ans. La position des ONGs environnementales a été jugée très décevante. 

La Commission Flotte et Quota a fait pour finir un point d’information sur les difficultés rencontrées par les pêcheurs hauturiers bigoudens en matière de remplissage du logbook, les mettant en danger par rapport aux contrôles. 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK