pêche finistère, comités des pêche, finistère, professionnel pêche

Actualités

Retrouvez ici toutes vos dernières actualités

Actus Ressource
15.12.2017


Communiqué - Pêcherie coquillière en rade de Brest : mortalités inexpliquées

A la demande des pêcheurs professionnels, une réunion a été organisée lundi 11 décembre 2017 avec le Sous-préfet Ivan Bouchier et le Député Didier Le Gac concernant les problèmes de mortalité des coquillages.

Depuis l’ouverture de la campagne coquillière en rade de Brest, plusieurs problèmes environnementaux ont été constatés. Le premier, présent depuis 2014, concerne l’ASP, une toxine produite par une micro-algue (Pseudo-nitzschia), stockée par la coquille Saint-Jacques, et qui contraint fortement l’exploitation quand elle ne l’interdit pas totalement.

Le deuxième constat inquiétant et inédit est la mortalité importante des pétoncles noirs (espèce emblématique de la rade de Brest) et de l’huître plate. La ressource a diminué de 90% en l’espace de 6 mois sans explication, alors qu’aucune pêche n’est permise durant cette période.

Ces deux problématiques combinées mettent en grandes difficultés les entreprises de pêche. Avec les différentes vagues d’ASP, qui ont même conduit en 2014/2015 à clore la campagne de coquilles Saint-Jacques, la rade de Brest a déjà perdu en quatre ans un tiers de sa flottille, passant de 70 bateaux en 2013 à 38 en 2017. Ces navires de moins de 11 mètres dépendent de la rade en hiver puisque les conditions météorologiques ne leur permettent pas de naviguer en mer d’Iroise à cette saison. Ces pêcheurs, qui ont toujours travaillé dans une logique de pêche durable et raisonnée, rencontrent cette année de graves difficultés financières et posent la question de leur avenir.

Des attentes des pêcheurs professionnels de la part du gouvernement

Le début de campagne de pêche coquillère 2017/2018 révèle donc une situation alarmante. Aujourd’hui les pêcheurs s’adressent directement au ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas HULOT. Ils souhaitent d’abord connaître la cause de ces problèmes environnementaux, et demandent que des études scientifiques soient menées. Le temps d’obtenir ces résultats,  ils souhaitent également qu’une aide d’urgence soit déployée afin de soutenir leurs entreprises. 

Une lettre a été adressée hier matin par le CDPMEM29 au ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, le sollicitant pour entretien avec la profession.

Cliquez ici pour lire le courrier adressé à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK