pêche finistère, comités des pêche, finistère, professionnel pêche

Actualités

Retrouvez ici toutes vos dernières actualités

Actus Ressource
13.10.2014


ACRUNET : Quick Response Code sur le tourteau ?

 

Décidemment la pêcherie de tourteau n’arrête pas d’innover. Après avoir été précurseurs dans la mise en place de « Pêcheur Responsable », les crabiers pourraient inaugurer une traçabilité de leur produit grâce au QR Code (inventé par les japonais voici 15 ans !). C’est ce petit carré blanc et noir de deux centimètres sur deux que l’on trouve de plus en plus sur les objets. C’est un code barre en deux dimensions constitué de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc. L’agencement de ces points définit l’information que contient le code. Le grand intérêt c’est que le QR code peut être lu par un téléphone mobile, ce dont peut disposer aujourd’hui tous les consommateurs de crabe.

 

Les différentes délégations: écossaise, irlandaise, anglaise, française, espagnole et portugaise

Les gros caseyeurs stockent leur pêche d’une marée dans des viviers dédiés par le vendeur. Le but est d’avoir un suivi personnalisé de la mortalité pour l’attribuer au bon producteur. Cette pratique ancestrale à laquelle on ne déroge jamais, permet aussi de débuter une traçabilité sans faille, puisque la pêche d’un bateau identifié peut être mise en caisses, expédiées et identifiées à l’arrivée. La touche finale étant donnée par le fameux QR Code. Le consommateur en passant son téléphone mobile devant le petit carré noir et blanc verra s’afficher par exemple le bateau, le patron, l’équipage, une vidéo d’une minute sur la pêche en mer et surtout une attestation officielle prouvant que le crabe qu’il a devant les yeux est un produit vivant travaillé selon les standards de « Pêcheur Responsable » et de « Qualité tourteau européen » certifié par Véritas (ou un autre organisme certificateur). 

Une expérience va être tentée dans le Finistère d’ici la fin de l’année.

Le comité de pilotage du projet ACRUNET vient de se réunir à Bristol les 7 et 8 octobre 2014 pour passer en revue les 7 actions entreprises pour améliorer globalement l’industrie du tourteau européen. Toutes avancent, mais la question de la maîtrise de l’effort de pêche demeure, en particulier au Royaume Uni. Un groupe de travail spécifique va se tenir en début d’année 2015 pour trouver une solution à ce problème latent et perturbant. En effet, toute amélioration sensible dans la rentabilité de cette pêcherie risque de susciter des vocations pour le moment incontrôlables, sauf en France, ce qui ruinerait immanquablement les efforts de tous. Ce groupe de travail a une obligation de résultat. Le projet ACRUNET va se terminer en juin 2015.

La délégation française : Estelle Salvert (Scapêche), Jacques Person (viviers Béganton), Lucile Toulhoat (CNPMEM), Mireille Amat (traductrice), Hervé Salaün (Notre Dame de Kérizinen) et René-Pierre Chever (CDPMEM29, absent de la photo)

La restitution des travaux sera faite à Roscoff les 16 et 17 juin, pendant une grande marée. Ce sera l’occasion pour tous les pêcheurs de crabe du Finistère de faire le point sur leur métier et son avenir et de préparer un éventuel ACRUNET N°2.

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En Savoir + OK